Récemment, une nouvelle polémique sur le vapotage a vu le jour. Comme souvent, les détracteurs de la vape jubilent dès qu’une information remet en cause la non dangerosité de la cigarette électronique. Depuis plusieurs semaines, de nombreux médias, avides de titres racoleurs s’en donnent à cœur joie : « nouvelle maladies pulmonaires graves associées au vapotage », « vapoter tue », « de nombreux décès liés au vapotage », « les premiers décès du vapotage », etc…

L’histoire a débuté aux Etats-Unis et en quelques jours, un vent de panique s’est emparé du monde du vapotage, sans qu’aucun indice concret n’explique la raison du problème. De nombreux raccourcis ont été pris par les médias pour dénigrer la vape.

Il est temps de rétablir la vérité et cet article va tenter de vous expliquer l’envers du décor de cette sombre affaire.

vapoteurs

En août : les débuts de la polémique aux Etats-Unis après 6 décès liés au vapotage

La polémique a commencé vers mi-août. Aux Etats-Unis, et plus particulièrement dans l’Etat de New York, environ 400 personnes ont subitement été hospitalisées pour des problèmes pulmonaires parfois assez graves. Puis vers fin août, 6 personnes sont décédées de ces pathologies pulmonaires, une épidémie rapide et visiblement très localisée dans le monde. Subitement, en même temps, des personnes souffraient notamment de fièvre, de fatigue excessive, de vomissements et de difficultés pour respirer.

Après enquête, les autorités sanitaires américaines ont trouvé un point commun à toutes ces personnes : elle avait récemment vapoté des e-liquides. Le coupable était donc tout trouvé : la cigarette électronique !

« Depuis plus de 10 ans que le vapotage existe, aucun décès n’a été recensé. »

Toute personne de bon sens saurait analyser et faire la part des choses sur cette histoire d’épidémie soudaine…

Mais il n’en fallait pas plus pour rendre la vape coupable de ce fléau et donner du pain au médias toujours aussi friands d’informations tapageuses sur le vapotage. Rapidement, certaines personnes haut placées, comme la Directrice du département de la santé de l’Illinois, Ngozi Ezike, ont tiré des conclusions hâtives au sujet de ces pathologies soudaines : « La gravité de la maladie dont souffrent les gens est alarmante. Il faut que tout le monde sache que les cigarettes électroniques et le vapotage peuvent être dangereux… »

Par ailleurs, cette histoire arrive en même temps que la récente communication anti-vape effectuée par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) qui juge que : « la vape est incontestablement nocive, bien que moins toxiques que les cigarettes… ». L’OMS a provoqué l’indignation de millions de vapoteurs en ignorant donc purement et simplement l’aide précieuse de l’e-cigarette dans l’objectif d’arrêter le tabac. Environ 700.000 personnes en France ont arrêté la cigarette grâce à la vaporette depuis son arrivée en 2010 (source : Santé Publique France) …

En septembre la vérité éclate : les e-liquides au cannabis pointés du doigt.

Dès début septembre : renversement de situation. Les échantillons d’e-liquides vapotés par toutes ces personnes atteintes de subites maladies pulmonaires révèlent la présence d’une haute concentration d’acétate de vitamine E présente dans les huiles de cannabis inhalées et reconnues comme extrêmement nocive pour les poumons.

La conclusion est sans appel. Les vapoteurs concernés ont reconnu avoir acheté et vapoté des e-liquides non conformes, au cannabis, fabriqués et commercialisés illégalement par des personnes peu scrupuleuses, souvent vendus directement dans la rue ou sur internet. Ce problème révèle également l’importance pour un pays de contrôler l’ensemble de la production, de la composition et de la commercialisation des produits du vapotage. En France, la règlementation est stricte mais aux Etats-Unis, c’est une toute autre histoire et le marché noir de recharges e-liquides et de produits à base de CBD et THC est florissant.

Cette nouvelle discrédite donc la culpabilité de la nicotine et des e-liquides d’une manière générale. C’est bien l’huile de cannabis qui est responsable du décès de ces personnes. Depuis 10 ans que le vapotage existe, aucun mort dans le monde n’a à ce jour été recensé. En clair, ces vapoteurs ont détourné l’usage courant de la cigarette électronique, pour inhaler des produits à base d’huile de cannabis (notamment pour rechercher l’effet psychotrope du THC)…

« Cette bêtise ne remet absolument pas en cause l’efficacité du sevrage tabagique par la cigarette électronique lorsque les recharges e-liquides utilisées sont conformes à la réglementation. »

Cette polémique aurait-elle pu se produire en France ? Point sur la réglementation française.

Les USA sont donc en quelque sorte victimes de leur laxisme réglementaire. Ce problème aurait-il pu arriver en France ? Sur notre territoire, la réglementation n’est pas la même. Depuis l’avènement officiel de la TPD européenne (Tobacco Product Directive) en Janvier 2017, en France la fabrication et la commercialisation d’eliquides imposent des normes strictes pour protéger les consommateurs. L’huile de cannabis (THC) et toutes autres formes d’huiles sont interdites en France dans les e-liquides.

Au total, l’ANSES (Agence Nationale de la Sécurité Sanitaire de l’alimentation, de l’Environnement et du travail) a autorisé la vente d’environ 35 000 recharges e-liquides nicotinés provenant de différentes marques. Ces marques, pour la grande majorité des fabricants français, ont joué le jeu de la transparence en déclarant la composition de leurs produits et en communicant les analyses toxicologiques de la vapeur dégagées par leurs e-liquides, les teneurs exactes en nicotine… Bref, des protections qui à l’heure actuelle n’existent pas aux Etats-Unis.

Les boutiques physique et sites web français sont soumis à cette réglementation qui protège les consommateurs. Seulement, comme partout dans le monde, il est possible pour un vapoteur d’essayer d’acheter des e-liquides sur des sites web étrangers (encore faut-il les faire passer la douane) ou sous le manteau… Le risque est donc bien présent chez nous également et le meilleur conseil que nous puissions donner aux vapoteurs est de ne faire confiance qu’à des marques ayant montré pattes blanches pour la fabrication et la vente d’e-liquides sur notre territoire.

Vapotage vs Tabac : les arguments qui comptent vraiment.

Cela ne vous a sans doute pas échappé : le premier décès causé « soi-disant » par la cigarette électronique a fait couler beaucoup d’encre dans la presse. Comme souvent, le moindre événement négatif au sujet du vapotage (explosion de batterie par exemple) suffit à générer des bataillons d’articles négatifs sur la cigarette électronique. Certains vont même jusqu’à se convaincre que la vape est aussi dangereuse que le tabac

Chez Bioconcept, depuis la naissance de notre marque en 2014, nous sommes convaincus de l’utilité et des bienfaits du vapotage pour permettre aux fumeurs d’arrêter la tueuse.

Il est donc toujours important de rappeler à tous quelques chiffres évocateurs au sujet du vapotage. Nous encourageons d’ailleurs les journalistes qui lieraient cet article, à enquêter et faire eux-mêmes leurs propres recherches pour rétablir la vérité au sujet du vapotage, en évitant par exemple de recopier bêtement les articles des autres.

Pendant ce temps, chaque jour, environ 22000 personnes dans le monde meurent des maladies provoquées par le tabac. Où sont les articles qui évoquent cette triste réalité ?

Quant aux vapoteurs et aux fumeurs, nous vous demandons de prendre du recul vis-à-vis des informations qui circulent sur internet et dans les médias. Faîtes votre propre jugement au regard des arguments et preuves véhiculées par ces articles de presse et sachez faire la part des choses.

Quelques chiffres :

22 000

décès par jour liés au tabac

0

décès lié au vapotage

Autres rubriques à découvrir :

10 commentaires

  1. Tous le fumeurs de mon entourage me disent : « tu vois c’est encore plus dangereux ton truc que nos clopes !! »
    Une excuse toute faite leur est donnée, ça les rassure et ils continuent à fumer…

    Je crois malheureusement que tout ceci est biaisé, les industries du tabac s’en frottent les mains, les médias s’en foutent du sujet traité du moment qu’ils font un buzz, même si il s’agit de désinformation totale et non objective et cela conforte les fumeurs à continuer leur saloperie.

    J’ai rie lorsque j’ai lu que l’OMS classait la cigarette électronique dans les produit dangereux parce qu’à la fin de leurs explications plutôt littéraires, ils concèdent n’avoir aucun élément probant permettant de prouver la dangerosité …mais pourquoi classé dangereux alors ????

    Un monde de dingue tient…

  2. J’etais client chez vous j’ai 79 ans grace a la cigarette electro j’ai arreté depuis 5ans .je ne vois pas ce qu’il y a de nocif mais je pense qu’il ne faut l’utiliser que pour arreter de fumer.Je pense que ces les CIGARRETIËRS qui perdent des clients. Ce qui est certain c’est que je peux l’attester devant n’importe qui tellement je suis heureux d’avoir pu arreter.bonne soirée.

  3. Vous avez complètement raison, moi depuis que je vapote (4 ans) je n’ai plus de bronchite je ne tousse plus et j’ai perdu jusqu’à 10 pulsations cardiaques/mn . Je marche sans peine alors qu’avant avec la cigarette je m’époumonais 😂😂😂 . Il est clair que que l’e-cigarette est bien moins dangereuse que la cigarette mais il faut bien que les lobies trouvent des solutions pour ramener les anciens fumeurs à refumer la perte financière doit être faramineuse pour eux . Moi en tout cas je suis super contente et j’ai gagné sur tout les plans : je dépense beaucoup moins d’argent et fini la bpco alors il n’y a pas photo .

  4. Bonjour!

    Votre article défend bien votre cause et je vous rejoins volontiers sur certains points. Par contre vous semblez remettre en cause les amalgames récurrents et dénigrants les e-liquides en général. Et vous faites pourtant de même. Vous relever a juste titre le véritable coupable, je vous cite  » Dès début septembre : renversement de situation. Les échantillons d’e-liquides vapotés par toutes ces personnes atteintes de subites maladies pulmonaires révèlent la présence d’une haute concentration d’acétate de vitamine E présente dans les huiles de cannabis inhalées et reconnues comme extrêmement nocive pour les poumons. » .
    Le véritable coupable est effectivement l’acétate de vitamine E et non l huile de cannabis qui est a l’état naturel dépourvue de cette molécule de synthèse rajoutée par certain fabricant d’e-liquides au cannabis peu scrupuleux.
    Vous faites un amalgame en disant, Je vous cite « Cette nouvelle discrédite donc la culpabilité de la nicotine et des e-liquides d’une manière générale. C’est bien l’huile de cannabis qui est responsable du décès de ces personnes. »
    Ce n est aucunement l’huile de cannabis qui est responsable des déceès mais bien ce fameux acétate de vitamine E.

    Je dis juste attention au amalgame.

    • Bonjour et merci pour votre commentaire. Au delà de l’acétate de vitamine E, ce sont les huiles (corps gras) d’une manière générale qui posent problème pour le vapotage. La forme de cannabis utilisée dans les flacons incriminés est bien de l’huile et non de simples molécules comme nous en utilisons pour la fabrication des arômes par exemple. Ce type d’huile, chauffée et vaporisée présente le risque d’engorger les alvéoles pulmonaires et ne ressortent pas à l’expiration. Chacun est bien entendu libre de penser ce qu’il veut sur l’usage du cannabis. Le CBD (sous forme de molécule et non d’huile) est par exemple autorisé en France s’il ne contient aucune trace de THC. Bonne journée 😉

  5. Je suis pour le vapotage, car pendant 30 ans j’ai fumé des cigarettes ( je crapoter ). Et pendant 1 ans je fumais et je vapoter, un jour j’ai pris une décision d’arrêter définitivement la cigarette et remplacé par une cigarette électronique comme beaucoup de mes collègues de travail . Maintenant sa fait deux ans que que je n’ai pas fumer de cigarettes .

  6. Il suffit de regarder le film  » puncture » qui retrace une histoire réelle sur des enjeux économico-sanitaire pour comprendre que cette polémique est très probablement initiée par les très puissants lobbys du tabac. Ce film est tellement parlant qu’il est inutile d’en faire plus pour ce convaincre que ces dramatiques accidents sont malheureusement exploités pour des raisons exclusivement financières.
    En france, le poids des lobbys et la liberté d’expression s’exerçant différemment, ce sont les médias qui ont la charge de reprendre ces informations anxiogènes via un matraquage lourd et bien ciblé..
    Il faut savoir que le tabac rapporte à l’état environ 15Mds de taxes , c’est à dire autant que ce que rapporte celles sur les carburants. Il est donc très facile de comprendre que vapoter dérange. La cigarette électronique est perçue comme un renard dans un poulailler.
    On pourrait encore faire état des rapports effectués par les lobbys français du tabac, à destination de nos élites dirigeantes, qui démontrait, il y a quelques années de ça, les avantages financiers à continuer la consommation malgré le coût des frais de santé publique que cela occasionnait ..
    Bref, en terme de moralité, inutile de regarder chez nos voisins d’outre-atlantique, on fait tout aussi bien. A la différence de ses bourrins, nous, on avance masqués… et si jamais on est pris la main dans le sac lors d’un scandale sanitaire ont a le joker  » responsable mais pas coupable » , pour ceux qui se souviennent du sang contaminé 😉

  7. Qui paye l’OMS????
    Lobbying :tabac,pharmacie,agro alimentaire…..
    Bande de baltringue!
    J’Ai arrêté de fumer et miraculeusement plus essoufflé,plus de crachats,j’ai retrouvé le goût et les odeurs disparus.
    Mais quand c’ Une histoire de gros sous !
    Ceux qui chronique et ceux qui décident sont très largement rincés par cette bande de lobbyistes qui n’ Que pour seul objectif servir les intérêts de ces personnes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Publier des commentaires

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.